Annexes (avec traduction française)



KATA IѠϨANNHС

The Coptic Gospel of John 1:1-14
Digitalized and Translated
by Lance Jenott (2003)
According to the Coptic text in G. Horner, The Coptic Version of the New Testament in the Southern Dialect, vol.
III (Oxford: Clarendon Press, 1911-1924) pp.2-4.

1:1 ϨΝ ΤЄϨΟΥЄΙΤЄ ΝЄϤϢΟΟΠ ΝϬΙΠϢΑϪЄ, ΑΥѠ ΠϢΑϪЄ ΝЄϤϢΟΟΠ ΝΝΑϨΡΜ ΠΝΟΥΤЄ. ΑΥѠ ΝЄΥΝΟΥΤЄ ΠЄ ΠϢΑϪЄ

Au commencement existait la Parole, et la Parole existait avec Dieu, et la Parole était un dieu.

1:2 ΠΑΙ ϨΝ ΤЄϨΟΥЄΙΤЄ ΝЄϤϢΟΟΠ ϨΑΤΜ ΠΝΟΥΤЄ.

Au début, celui-là existait avec Dieu.

1:3 ΝΚΑ ΝΙΜ ΑΥϢѠΠЄ ЄΒΟλ ϨΙΤΟΟΤϤ. ΑΥѠ ΑϪΝΤϤ ΜΠЄ λΑΑΥ ϢѠΠЄ. ΠЄΝΤΑϤϢѠΠЄ

Tout est né à travers lui, et sans lui rien n'est né. Ce qui a vu le jour

1:4 ϨΡΑΙ ΝϨΗΤϤ ΠЄ ΠѠΝϨ. ΑΥѠ ΠѠΝϨ ΠЄ ΠΟΥΟЄΙΝ ΝΝΡѠΜЄ.

en lui était la vie, et la vie était la lumière de l'humanité.

1:5 ΑΥѠ ΠΟΥΟЄΙΝ ЄϤΡΟΥOЄΙΝ ϨΜ ΠΚΑΚЄ. ΑΥѠ ΜΠЄ ΠΚΑΚЄ ΤΑϨΟϤ.

Et la Lumière brillait dans les ténèbres et les ténèbres ne l'appréhendaient pas.

1:6 ΑϤϢѠΠЄ ΝϬΙΟΥPѠΜЄ ЄΑΥΤΝΝΟΟΥϤ ЄΒΟλ ϨΙΤΜ ΠΝΟΥΤЄ. ЄΠЄϤΡΑΝ ΠЄ ΙѠϨΑΝΝΗС.

Un homme est né, envoyé par Dieu, et son nom était Jean.

1:7 ΠΑΙ ΑϤЄΙ ЄΥΜΝΤΜΝΤΡЄ. ϪЄΚΑС ЄϤЄΡΜΝΤPЄ ЄΤΒЄ ΠΟΥOЄΙΝ. ϪЄΚΑС ЄΡЄ ΟΥΟΝ ΝΙΜ ΠΙСΤЄΥЄ ЄΒΟλ ϨΙΤΟΟΤϤ.

Celui-ci est venu en tant que témoin afin de témoigner de la Lumière, afin que chacun puisse croire à travers lui.

1:8 ΝЄ ΠЄΤΜΜΑΥ ΑΝ ΠΟΥΟЄΙΝ. ΑλλΑ ϪЄΚΑС ΝΤΟϤ ЄϤЄΡ-ΜΝΤΡЄ ЄΤΒЄ ΠΟΥΟЄΙΝ.

Celui-là n'était pas la Lumière, plutôt (il est venu) pour témoigner de la Lumière.

1:9 ΠΟΥΟЄΙΝ ΜΜЄ ЄΤΡΟΥΟЄΙΝ ЄΡѠΜЄ ΝΙΜ ΠЄ ЄϤΝΗΥ ЄΠΚΟСΜΟС.

C'est la vraie Lumière qui brille pour tous les Hommes, venant au monde.

1:10 ΝЄϤϨΜ ΠΚΟСΜΟС ΠЄ. ΑΥѠ ΝΤΑ ΠΚΟСΜΟС ϢѠΠЄ ЄΒΟλ ϨΙΤΟΟΤϤ. ΑΥѠ ΜΠЄ ΠΚΟСΜΟС СΟΥѠΝϤ.

Il (la Lumière) était dans le monde, et c'est à travers lui que le monde a vu le jour. Et le monde ne le connaissait pas.

1:11 ΑϤЄΙ ϢΑ ΝЄΤЄΝΟΥϤ ΝЄ. ΑΥѠ ΜΠЄ ΝЄΤЄΝΟΥϤ ΝЄ ϪΙΤϤ.

Il est venu à ceux qui étaient les siens, et ils ne l'ont pas reçu.

1:12 ΝЄΝΤΑΥϪΙΤϤ ΔЄ ΑϤϮ ΝΑΥ ΝΤЄξΟΥСΙΑ ЄΤΡЄΥϢѠΠЄ ΝϢΗΡЄ ΝΤЄ ΠΝΟΥΤЄ. ΝЄΤΠΙСΤЄΥЄ ЄΠЄϤΡΑΝ.

Mais à ceux qui l'ont reçu, il a donné le pouvoir de devenir les enfants de Dieu, ceux qui croient en son nom.

1:13 ΝΑΙ ΝϨЄΝЄΒΟλ ΑΝ ΝЄ ϨΝ ΟΥѠϢ ΝСΝΟϤ ϨΙ СΑΡξ. ΟΥΔЄ ЄΒΟλ ΑΝ ϨΜ ΠΟΥѠϢ ΝΡѠΜЄ. ΑλλΑ ΝΤΑΥϪΠΟΟΥ ЄΒΟλ ϨΜ ΠΝΟΥΤЄ.

These were not out of want of blood and flesh, nor out of the want of Man, but rather it was from God that they were begotten.

1:14 ΑϤΡСΑΡξ. ΑϤΟΥѠϨ ΝΜΜΑΝ. ΑΥѠ ΑΝΝΑΥ ЄΠЄϤЄΟΟΥ. ΝΘЄ ΜΠЄΟΟΥ ΝΟΥϢΗΡЄ ΝΟΥѠΤ ЄΒΟλ ϨΙΤΜ ΠЄϤЄΙѠΤ. ЄϤϪΗΚ ЄΒΟλ ΝΧΑΡΙС ϨΙ ΜЄ.

He became flesh and dwelt among us. And we beheld his glory, like the glory of an only child from his father, filled with grace and truth.



Références


Daniel Baird Wallace (né le 5 juin 1952) Professeur de Nouveau Testament au Séminaire théologique de Dallas,  soutient que l'utilisation du théos anarthreux (l'absence d'article défini avant le deuxième théos dans Jean 1 :1 ) est due à son utilisation comme nom qualitatif, décrivant la nature ou l'essence de la Parole, partageant l' essence du Père, bien qu'elles diffèrent en personne : il souligne : « La construction que l'évangéliste a choisie pour exprimer cette idée était la manière la plus précise qu'il aurait pu affirmer que la Parole était Dieu et pourtant était distincte du Père ". Il se demande si la règle de Colwell aide à interpréter Jean 1:1. Il a été dit que la règle de Colwell a été mal appliquée comme son contraire, comme si elle impliquait la précision.

 

Murray J. Harris (professeur émérite d'exégèse et de théologie NT à la Trinity Evangelical Divinity School ) discute des « questions grammaticales, théologiques, historiques, littéraires et autres qui affectent l'interprétation de θεὸς » et conclut que, entre autres utilisations, « est un titre christologique qui est principalement de nature ontologique" et ajoute que "l'application de θεὸς à Jésus-Christ affirme que Jésus est... Dieu par nature.

 

John L. McKenzie (érudit biblique catholique) a écrit que ho Theos est Dieu le Père, et ajoute que Jean 1:1 devrait être traduit "la parole était avec Dieu [=le Père], et la parole était un être divin".

 

Philip B. Harner (professeur émérite de religion au Heidelberg College ) dit :

Peut-être que la clause pourrait être traduite, 'la Parole avait la même nature que Dieu.' Ce serait une façon de représenter la pensée de Jean, qui est, si je comprends bien, que ho logos, pas moins que ho theos, avait la nature de theos.

 

Dans le Journal of Theological Studies d'octobre 2011, Brian J. Wright et Tim Ricchuiti expliquent que l'article indéfini dans la traduction copte, de Jean 1:1, a une signification qualitative. Beaucoup de ces occurrences pour les noms qualitatifs sont identifiées dans le Nouveau Testament copte, y compris 1 Jean 1:5 et 1 Jean 4:8 . De plus, l'article indéfini est utilisé pour désigner Dieu dans Deutéronome 4:31 et Malachie 2:10 .